Figures du double: Du personnage au texte (Interférences) par Nathalie Martinière

September 17, 2019

Figures du double: Du personnage au texte (Interférences) par Nathalie Martinière

Titre de livre: Figures du double: Du personnage au texte (Interférences)

Auteur: Nathalie Martinière

Date de sortie: July 11, 2016

Broché: 204 pages

Éditeur: Presses universitaires de Rennes

Téléchargez ou lisez le livre Figures du double: Du personnage au texte (Interférences) de Nathalie Martinière au format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez télécharger gratuitement tous les livres au format PDF ou Epub. Utilisez le bouton disponible sur cette page pour télécharger ou lire un livre en ligne.

Cet ouvrage envisage l’évolution de la figure du double dans la littérature anglo-saxonne au XXe siècle. Il étudie comment cette figure récurrente de la littérature, le double du personnage, cède la place à une autre forme de double, le double du texte tel qu’il se donne particulièrement à voir dans l’usage répété que font les auteurs contemporains de la parodie. Ou encore comment à la question « qui suis-je ? » succède celle de savoir « qui parle ? » À travers l’étude comparée de « The Secret Sharer » de Joseph Conrad (1908/1910), de Wide Sargasso Sea de Jean Rhys (1966), de Foe de J.-M. Coetzee (1986) et de Jack Maggs de Peter Carey (1997), c’est un mode parodique particulier, lieu du rejet des identités fixes, et un type de double volontairement infidèle qui se révèlent progressivement : figure de l’ethos post-colonial contemporain, le double cesse d’être simplement symptôme d’un dysfonctionnement et devient figure de renouvellement. Traditionnellement, le double dans la mythologie et la littérature naîtrait de conflits internes ingérables par l’individu. En période contemporaine, l’angoisse prend la forme de cette tête de méduse pétrifiante qu’est le texte déjà écrit (Robinson Crusoe, Great Expectations ou Jane Eyre). Le (re)-doubler, c’est pour les romanciers-parodistes la possibilité de se reconstruire une image : ce double pétrifiant dont il importe de se protéger à l’aide du bouclier de la parodie n’est alors plus, comme dans « The Secret Sharer », un autre soi-même de chair et d’os ; ce double est fait de texte, de ces textes qui construisent mentalement le sujet et l’emprisonnent idéologiquement autant qu’ils le forment. Dans ce contexte, la question de l’identité est posée à travers le rapport aux classiques. Pris entre la fascination de l’image de soi renvoyée par le classique et la douleur de se voir figé peut-être à jamais dans la fiction, il s’agit alors de se libérer de cet héritage culturel, qui ne va pas de soi – même s’il est rarement remis en jeu : la parodie permet cette redistribution des cartes. Les doubles parodiques révèlent le double fond et le double langage de classiques majeurs qui ont laissé une empreinte profonde dans l’imaginaire collectif. À partir de ce reflet tente de « prendre voix » un « je » re-formé, ou qui tente de retrouver forme avec et contre à la fois l’autre-qui-est-en-lui et à partir duquel il s’écrit.